Noir océan

Publié le par Bibliofractale

noir oceanHomme libre, toujours tu chériras la mer !

Liberté, tous les sens aux aguets, une main pour la vie…

Le vent, les embruns, le soleil qui cuit la peau, un filet de poisson et un jus de citron, la terre ferme paraît si loin.

Pourtant, prendre la mer, c’est prendre son sort à bras-le-corps. L’homme face aux éléments n’est qu’un élément comme un autre.

Pas le plus tendre, pas le plus indulgent, peut-être même pas le plus humain.

Allez, on embarque !

 

 

 

 

Noir océan

Stefan MANI

Gallimard (Série Noire) ; 474 pages ; 21,50 euros

 

La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme…

Islande, septembre 2001. Le cargo Per se va bientôt appareiller vers le Surinam. Mais la révolte gronde au sein de l’équipage, car les rumeurs vont bon train : les armateurs envisagent de dénoncer le contrat d’affrètement, les hommes risquent de perdre leur emploi. Ce voyage sera certainement le dernier avant de pointer au chômage. Ou de prétendre à la retraite. Mais ils ne se laisseront pas faire.

Et ils ont trouvé un bon moyen pour négocier, ah ça oui.

Le Per se lève l’ancre. A son bord, neuf marins. Direction l’hémisphère Sud. Mais la mer est déchaînée, la tempête fait rage. Sur un bateau, impossible de fuir.

Alors il faut faire face.

Il faut braver les vagues qui déferlent sur le pont, menaçant à tout moment d’emporter un homme.

Il fait dompter le cargo, cette carcasse rebelle comme une bête vivante qui se débattrait pour éviter la noyade.

Il faut surtout côtoyer jour après jour, heure après heure, les démons personnels qui s’agitent et grondent, réclament leur dû, ne laissent aucun répit.

Alors rien, mais absolument rien, ne va se passer comme prévu.

 

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage…

Pour une fois, le résumé est presque un véritable résumé ! Il serait dommage d’en dire plus, tant ce livre réserve de surprises.

Tout d’abord,  prenez le temps de faire connaissance avec les différents personnages. Avec leur histoire, avec leur caractère, leur manière bien particulière de gérer leur vie. Entre fuites, mensonges, trahisons, bassesses ou même pire, ce ne sont pas des enfants de chœur, loin de là. Pourtant, sur le navire, si certains aspects ressortent ce ne sont pas forcément les plus mauvais. Mais tôt ou tard…..tout se paie.

Appréciez la construction de l’intrigue. L’auteur se permet une incroyable liberté. Il est tellement doué que vous serez obligés de tourner les pages, puis de revenir en arrière, de hocher la tête en pensant « mais oui, bien sûr ! ». Vision chorale des évènements, passage d’un personnage à l’autre, plongée dans les recoins qu’une première prise de vue laisserait dans l’ombre... Mais pas dans tous les recoins, oh non !

Car le suspense est bien présent. Il vous sera impossible de faire le moindre pronostic sans vous tromper.

La mer ! Quelle richesse de vocabulaire, quel tour de force ! Personnage à part entière, personnage omniprésent, avec sa façade et ses gouffres insondables. Et quand la mer s’allie aux aléas climatiques…

Le bateau ! Coque de noix sur un ouragan liquide, il devrait être protecteur, tanière ou refuge, ventre sécurisant et voilà qu’il se transforme en infernal athanor…. Ce qui infuse et bouillonne en son sein n’a pas fini de vous surprendre.

Embarquez pour un voyage vraiment pas comme les autres. Âpre, violent, impitoyable.

Saurez-vous affronter les abysses ? Car nul ne sait ce qu’il s’y cache, que ce soit dans les replis dans bas-fonds, comme dans les replis des peurs les plus ancestrales.

Ce qui sommeille pour l’éternité n’est pas mort….

Commenter cet article

cynic63 10/05/2010 22:45


J'ai trouvé ça brillant. Même dans certaines incohérences ou faiblesses d'écriture (le dialogue sur l'Etre et le Néant, par ex, n'est pas vraiment très crédible), on se laisse porter par cette
dérive.


Bibliofractale 11/05/2010 11:47



Oui, il y a de grandes envolées lyrico-philosophiques à deux euros... qui m'ont fait parfois sourire ou m'ont parfois énervée !


Mais le plaisir de tourner les pages était bien présent au rendez-vous, alors ce livre est une bonne surprise.



Pierre FAVEROLLE 05/05/2010 08:51


Acheté la semaine dernière. Mais quand vais-je trouver le temps de le lire ? En mai ou juin ? Ce sera pour bientôt de toutes façons.


nathalia 23/04/2010 23:12


parfait...il est dans mes prochaines lecture