Les feuilles mortes

Publié le par Christine

Thomas H. Cook est un auteur remarquable. Si vous êtes sage, mais vous le serez! j'en parlerai plus longuement une autre fois, comme de son dernier roman "les Liens du sang". Mais il faut d'abord que j'en termine la lecture!
Pour vous aider à patienter, voici son précédent livre, paru en septembre 2008.
Un petit livre qui ne peut laisser personne indifférent,  je veux bien prendre les paris.

Pleurer, rire, douter... avancer coûte que coûte. N'est-ce pas notre lot à tous?






Les Feuilles mortes
Thomas H. COOK
Gallimard (série noire); 274 pages; 22,50 euros

Feuilles mortes? Pourquoi feuilles mortes?
Dans une petite ville américaine comme tant d’autres, Eric Moore mène une vie de citoyen ordinaire. Il tient un magasin de photos qui le fait vivre à peu près correctement. Avec sa femme Meredith, la routine s’est installée peu à peu, mais Eric ne s’en plaint pas. Son fils Keith est un "brave gosse" sans histoire, juste un ado comme beaucoup d’autres, un peu mal dans sa peau, un peu replié sur lui-même.
Et puis tout bascule. La petite Amy Giordano a disparu. La dernière personne à l’avoir vue n’est autre que Keith, qui était son baby sitter ce soir-là. La police l’interroge. Malheureusement ses explications sont confuses, évasives, laconiques. Sans être officiellement suspect, Il a un comportement qui suscite la méfiance. Le père d’Amy, fou de douleur, est persuadé de sa culpabilité.
Et Eric, le propre père de Keith, qui aimerait tant croire à l’innocence de son fils est en proie aux doutes. Il sait que son fils a omis un détail dans sa déposition. Une petite chose, une petite zone d'ombre, un petit rien très certainement sans importance, mais pourquoi ? Pourquoi cette ombre qui plane comme une menace? Il s’aperçoit alors qu’il ne sait rien, ou si peu, de la personnalité de son fils. Il se repasse le film des années écoulées, dans l’apparence d’une vie heureuse et sans histoire, mais dont les failles vont vite apparaître au grand jour. Il s’interroge, considère les faits avec un recul de plus en plus subjectif. Il essaie de trouver des signes, des réponses. Et Meredith, prenant la défense de son fils, s’éloigne de plus en plus de son mari. L’enquête progresse pourtant, mais trop lentement. Le drame couve, et une fois la confiance brisée, la vie ne pourra plus jamais être la même.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle...
Un petit roman policier, centré sur le père et son récit, son vécu, ses sentiments et ses interrogations. D’où le regard forcément décalé et subjectif que le lecteur pourra avoir sur l’histoire.
Et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre.
Il y a une double narration, celle des faits présents, avec la montée du doute qui ronge tout comme un poison insidieux, et celle du passé dans laquelle le père se parle, se demande ce qui a bien pu se passer, constate avec un certain effroi que les petites failles qu’il croyait avoir surmontées sont devenues des gouffres. Les rapports père/fils sont décrits avec justesse, dans toute leur complexité et lots de non-dits.
Eric ne comprend pas ce fils si différent, si éloigné du fils dont il rêvait. Il sent que sa femme lui échappe inexorablement. Il est perdu, n'a plus aucun repère, ses certitudes s'écroulent. Lentement mais sûrement la tension monte jusqu’au dénouement.
Un récit sans effets de manchette, sans grandiloquence ni violence. Le ton est intimiste, la narration est à fleur de peau. La trame est implacable, la construction très littéraire. L’intrigue policière de ce roman n’est qu’un prétexte car en fait l’analyse psychologique et l’introspection en sont les fils conducteurs. Le style est simple, sobre, précis pour décrire une histoire qui éveille à la fois compassion et tristesse face à un bonheur enfui dont les traces éparses sont comme les feuilles mortes d’automne, ultimes témoins d’un été à jamais terminé.
Un roman trop court, sombre, poignant et intense, au large lectorat ; ces sentiments d'incompréhension face aux évènements qui nous touchent, ce doute lancinant qui en découle, qui ne les a jamais ressentis au moins une fois dans sa vie?

Commenter cet article