les âmes traquées

Publié le par Bibliofractale

amestraqueesLe polar scandinave, le polar scandinave… Oui, je vous l’accorde, il a relancé l’intérêt pour le polar depuis que Wallander est venu promener sa mélancolie brumeuse par ici, depuis que Lisbeth Salander a fait rêver des millions de geeks.

Mais des polars, il y en a de très bons un peu partout dans le monde, et il suffit de traverser l’Atlantique pour faire de jolies découvertes.

Un peu de nerf, que Diable !

À quoi ça sert que Cartier ait fait ami-ami avec les Micmacs, si ce n’est pour faciliter les échanges polardeux transocéaniques quelques 467 ans plus tard, hein ?

Moi je ne vois aucune autre raison !

 

 

 

 

 

Les âmes traquées

Martin MICHAUD

First (Thriller)

413 pages ; 19,90 euros

 

Viens ! Où l’éternité réside, On retrouve jusqu’au passé …*

Isabelle Fortin, jeune femme discrète, travaillant pour une société informatique, a été renversée par un chauffard et se réveille sur un lit d’hôpital. Pourtant elle garde en mémoire une rencontre avec un inconnu, Miles, et le souvenir d’une journée passée en sa compagnie. On a beau lui soutenir qu’il ne s’agit là que d’élucubrations liées à sa perte de connaissance, à une brève période de coma peut-être ? personne n’arrivera à la convaincre. Non, elle n’a pas rêvé, et oui, elle va entamer ses propres recherches afin de savoir ce qui est réellement arrivé.

Car Miles existe !

Et il a l’air de connaître bien des secrets de la vie d’Isabelle !

Mais qui est-il et quel est son but ?

Pendant ce temps, Victor Lessard, sergent-détective dans la police de Montréal, doit mener une enquête sur une série de meurtres. Mis en scène par un insaisissable tueur semant volontairement des indices laissant deviner qu’il s’agit là d’une vengeance.

Mais à quel propos ?

Une des pistes permet de retrouver le véhicule du coupable…On découvre que c’est le véhicule qui a renversé Isabelle.

Isabelle serait-elle également une cible pour ce tueur ?

Quand les démons du passé sortent du placard où on a tenté de les confiner, arrive le moment de la confrontation…

 

Vraiment, il y a des instants où l'enchaînement logique omniprésent des causes et des effets craque, pris au dépourvu par la vie même…**

Entrez dans ce livre en abandonnant tout a priori sur ce qu’un polar doit être et quels sont les codes à respecter. Martin Michaud fait preuve d’une belle inventivité et arrive à introduire quelques éléments très inattendus !

Bien sûr, je meurs d’envie d’en dire plus, et s’il existe des indices sur certains blogs, ce n’est pas sur le mien que vous les trouverez.

Ah non ! Certainement pas !

Ce serait trop bête de vous priver de l’effet de surprise.

La mise en place de l’intrigue se fait par courts paragraphes, passant d’un narrateur à l’autre, avec des alternances entre passé et présent.

Je vous préviens de suite : le début va certainement vous paraître un rien obscur (euphémisme ?) car si l’auteur sait où il veut vous mener, vous, non ! et vous serez bien obligés de suivre le mouvement en avançant à tâtons.

Mais rassurez-vous, c’est bien fait, bien écrit. Tout prend sens assez rapidement, alors acceptez sans râler le découpage et la construction qui donnent toute sa saveur à ce roman. On y prend vite goût, en plus.

Ceci dit, il y a quelques zones qui auraient pu être traitées un poil plus nerveusement, mais ce n’est que mon avis. Après tout, qui aime bien, châtie bien.

Alors, un peu de patience s’impose, car vous aurez vraiment envie de tourner les pages pour connaître la fin de l’histoire.

Il y a une intrigue bien ficelée, des personnages attachants, avec une mention spéciale pour Victor que je serai ravie de retrouver très vite.

Et il y a le petit plus, la petite trouvaille qui fait toute la différence, la petite touche rafraîchissante, qui me fait dire que le polar d’outre Atlantique a de beaux jours devant lui.

Bref, je veux bien parier un flacon de sirop d’érable que ce livre-là ne vous laissera pas indifférents.

 

 

* Le passé ; Alphonse de Lamartine

** Océan mer ; Alessandro Baricco

Commenter cet article

Richard 28/05/2011 11:39


Bonjour Christine,
Après "Le léopard" et maintenant Martin Michaud, nos lectures se ressemblent ...
Je suis très content que tu aies aimé le premier roman de martin Michaud. Très heureux d'avoir une complice pour parler de la littérature québécoise et des polars qui "viennent de la neige" !
Au plaisir
Amicalement !


Bibliofractale 04/06/2011 16:44



Merci Richard !


Nos lectures se ressemblent, et je suis ton actualité "blogueuse" de près :-)


Les polars "qui viennent de la neige" n'ont pas fini de nous étonner et de nous ravir, j'en suis certaine!


Au plaisir de prochains échanges :-)