Le sculpteur d'âmes

Publié le par Bibliofractale

sculpteur dames

Depuis le début de l’année je suis victime de la loi des séries !

Je passe d’un revenant à un fantôme via un détour par les médiums.

Je quitte un faussaire pour en retrouver un autre. Je visite une galerie de peintures de la Renaissance puis j’en découvre une deuxième au détour du chemin.

Une véritable loi des séries !

Tout ce que j’ai à en dire, c’est : « Je suis consentante ! J’en veux encore ! »

 

 

 

Le Sculpteur d’âmes

Raphaël CARDETTI

Fleuve Noir (Thriller) ; 364 pages, 19,90 euros

 

Attention, peinture fraîche !

Valentine Savi est une jeune trentenaire restauratrice de tableaux, travaillant pour Elias Stern. Ce dernier est un vieil homme, poursuivant la tradition familiale de collectionneur de tableaux, de découvreur de talents, et accessoirement de fréquentation de milieux peu recommandables pour être toujours bien renseigné. Et puis, sa fondation travaille en étroite collaboration avec l’Art Crime team, branche du FBI traquant les fraudes artistiques.

Valentine va avoir un emploi du temps très chargé !

A l’occasion d’une vente aux enchères, Elias Stern se porte acquéreur d’une toile de Chagall pour une somme très importante. Puis il déclare être certain qu’il s’agit d’un faux.

Un faux magnifique, mais un faux tout de même.

Il a mis le doigt sur un trafic d’envergure, et il est bien décidé à retrouver le faussaire. Ce qui, évidemment, ne va pas plaire du tout à ceux qui se remplissent les poches en trompant riches collectionneurs ou musées.

Où est ce faussaire, et qui sont les fraudeurs ?

De plus, Valentine va visiter en compagnie de son amie Judith  l’exposition « Ars Mortis », une exposition itinérante faisant scandale partout où elle s’installe car elle montre des corps humains parfaitement conservés puis mis en scène. Et Judith y reconnaît ou croit y reconnaître le corps de son mari porté disparu depuis une dizaine d’années en Tchétchénie.

Est-ce bien le corps de son mari, et comment Takeshi Ono, scientifique et mécène à l’origine de cette exposition, a-t-il pu se procurer les corps qu’il manipule ?

Que de questions ! Valentine va devoir en trouver les réponses, non sans quelques péripéties et aventures palpitantes.

Ou saignantes !

 

Ah c’est malin ! Vous avez mis de la peinture partout !

Alors, oui, c’est vrai : ce livre est le deuxième volume d’une série de trois, et je n’ai pas parlé du premier qui est «  le Paradoxe de Vasalis ».

Mais je vous avais prévenu que je n’en faisais qu’à ma tête (voir article précédent)

Et puis, rien ne dit que vous ne vous énervez pas pour rien, et que « le Paradoxe de Vasalis » ne va pas surgir d’ici quelques jours …

Patience, patience… ce ne sont pas les livres qui manquent pour vous occuper !

Bref… passons sur ces points de détails infinitésimaux et allons directement aux choses sérieuses.

Nous avons là en tout premier des personnages très différents, très attachants, avec pour chacun d’entre eux un rôle bien précis à jouer, aucune ambiguïté possible, et c’est ma foi bien reposant.

Je ne sais pas pour vous, mais si j'ai un faible pour les livres secs, nerveux, compliqués, je ne déteste pas du tout et loin de là, qu'on me prenne par la main pour me guider. Quand il s'agit d'un livre agréable et divertissant, moi je dis oui tout de suite.

Nous avons ensuite une intrigue classique dans la forme, moderne dans le fond, avec des thèmes qui fonctionnent bien et des ingrédients utilisés à bon escient. C’est suffisamment rare pour être souligné comme il se doit.

Entre enquête, rebondissements, vie des personnages, manipulations, l’auteur arrive même à faire réfléchir un peu sur l’Art, sa définition qui échappe parfois au commun des mortels, ou sur ses déviances.

Cela fait du bien d’avoir sous les yeux un livre bien écrit, avec ce qu’il faut de légèreté pour être très agréable, ce qu’il faut de frissons pour se dire qu’on a bien un thriller entre les mains, et la touche d’intelligence en plus pour  refermer le livre en se disant qu’on a passé un bon moment.

C’est fin, spirituel, enlevé,  cet auteur-là est un auteur très fréquentable !

Quand je vous dis que pour avoir de bons thrillers ce n’est pas la peine d’aller chercher dans les usines américaines de formatage….

Commenter cet article

Cyrille 25/03/2010 08:34


Consommez Français, qu'on vous dit !!! ☺