La théorie des six

Publié le par Christine

6 degrés de séparation entre John Doe, quelque part in ze vaste world, et moi?

Jacques Expert a déjà écrit un roman : " la Femme du monstre", qui a reçu le prix des Romancières en 2008. Un livre criant de vérité, avec un personnage central fort bien campé, ma foi.
On retrouve dans ce deuxième roman une autre plongée à faire froid dans le dos dans la psychologie d'un sociopathe.
Et côté sociopathe, mes p'tits loups, croyez-moi j'en connais un rayon.

Alors, cette théorie des 6? On en parle beaucoup. Vous en saurez un peu plus en lisant la suite.


la Théorie des 6
Jacques Expert
Anne carrière
321 pages
19 euros.

Alors, alors... de quoi est-il question?
Julien Dussart est un petit fonctionnaire parisien d’une trentaine d’année, menant une vie bien réglée (pour ne pas dire étriquée) entre son travail au ministère des Finances, ses soirées en célibataire, son repas hebdomadaire chez sa maman et ses trajets dont il compte chaque pas (il souffre de TOC –Troubles Obsessionnels Compulsifs).
Rien que de très banal à première vue.
Pourtant, il demande un congé d’un an sans solde et le voilà faisant du tourisme à Marseille, Guide du Routard en poche, avant d’assassiner un SDF choisi au hasard. Près de la victime, il laisse le chiffre 6.
A Paris, la commissaire divisionnaire Sophie Pont reçoit une lettre anonyme. L’assassin la met au défi de stopper une série de crimes annoncés, basée sur la théorie des six de l'auteur hongrois Karinthy : 6 connaissances au maximum séparent un individu sur terre de n’importe quel autre.
Sur la route de Julien Dussart, on va découvrir les cadavres numéro 5, puis 4, puis 3 et ainsi de suite, comme autant de pierres du petit Poucet. Chaque victime étant soigneusement sélectionnée parmi les relations de la victime précédente pour finalement atteindre la dernière cible, déjà choisie. Sophie Pont arrivera-t-elle à devancer et démasquer le meurtrier et surtout à deviner qui sera la victime finale avant qu’il ne soit trop tard ?
-- et non, même sous la torture, je ne dirai rien de la chute qui prouve que l'auteur connaît bien ses classiques en matière de psychologie --


Pour ceux qui ont lu « la femme du monstre », on retrouve dans ce livre la même façon impeccable de décrire un personnage sociopathe : une vie vécue de façon clinique et froidement analytique, sans état d’âme, sans sentiment, avec une logique toute personnelle et une totale indifférence à la notion de bien ou de mal. Cette partie nous fait entrer dans la peau du héros de façon plus que réaliste., d’autant plus que c’est écrit à la première personne.
A signaler, l’évolution de l’intrigue se fait grâce à l’alternance de chapitres dans lesquels à tour de rôle différents personnages décrivent ce qu’ils vivent ou pensent. Chaque personnage « phare » du chapitre parle également à la première personne. Cela donne un style direct, descriptif, un ton proche de l’interview ou du journal intime.
Le personnage principal est tellement bien campé que les personnages secondaires --dont la commissaire (plutôt antipathique et agressive)-- semblent bénéficier d’un traitement plus superficiel. C'est pourquoi ce sont des personnages secondaires, me direz-vous. Peut-être, vous répondrais-je.
Mais on se pique au jeu du chat et de la souris entre Dussart et la commissaire. Chaque fin de chapitre donne envie d’enchaîner sur le suivant. C'est une course contre la montre ingénieuse.
Ce livre, avec une intrigue originale qui se lit rapidement et facilement, est un bon thriller.

Ps : pour ne pas avoir la Ligue des fonctionnaires sur le dos, je précise que dans ce livre, il est question d'un cas te fonctionnaire très particulier.
Et qu'il n'y a aucun lien de cause à effet entre le fait de travailler pour un ministère quelconque et le passage à la psychopathite aiguë.
Cela peut donner d'autres troubles, mineurs, comme regarder l'heure de façon compulsive, ou le mâchouillage intempestif de pauvres crayons inoffensifs.
Mais c'est rarissime bien évidemment.

Commenter cet article

Lony 19/11/2009 22:25


un commentaire pour voir si ca marche. il est tres jouli ton site. ouep!