La Patrouille de l'aube

Publié le par Bibliofractale

patrouilleaube

Je vous vois ! Au bord de l’eau, agrippé à votre bouée, faisant crisser la tête de ce malheureux cygne en caoutchouc, jetant des regards désespérés à droite et à gauche. Oui, vous là-bas ! Comment ça, il fait froid ? Comment ça, vous avez la chair de poule ? Comment ça, vous ne savez pas nagez ? On ne me le fait pas,  vous allez entrer dans l’eau… et plus vite que ça.

Promis, je vous attends dans la voiture, avec le chauffage à fond et la musique aussi.

« Surf’in USA », c’est bien, non ?

 

 

La Patrouille de l’aube

Don WINSLOW

Editions du Masque ; 350 pages ; 22 euros

 

Un petit splash d’eau fraiche dans la nuque :

Ils sont 5. Hang Twelve, Dave le Dieu de l’Amour, High Tide, Sunny Day  et Boone Daniels. Tous différents, mais unis comme les doigts de la main. Ils forment la patrouille de l’aube, une petite équipe qui se réunit tous les matins pour surfer. Parce que le surf pour eux est bien plus qu’un sport, bien plus qu’une hygiène de vie, qu’une philosophie ou une religion. Le surf, c’est le Surf ! C’est l’essence même de leur vie. L’homme face à la mer, combat amical ou choc de Titans.

Ensuite chacun retourne à son train-train quotidien, son job alimentaire, sa routine, en attendant le lendemain matin.

Tenez, Boone Daniels, par exemple. Dans une autre vie, il travaillait au SDPD (San Diego Police Department) et puis la disparition de la petite Rain, 6 ans, l’a marqué à tout jamais. Alors, il a démissionné. Maintenant il est détective privé, et un sacrément bon détective. Mais il ne court pas après le travail, il accepte juste ce qu’il faut pour assurer son hamburger quotidien.

Le temps, c’est de l’argent… à condition d’en gagner et sinon, c’est du temps… pour surfer !!!

Et là, toute la bande est en effervescence, toute la bande attend : une des plus grosses houles est annoncée, une vague comme on en voit peu dans une vie, une chance extraordinaire de chevaucher une crête sauvage et impitoyable.

Pas question de bosser !!

Ah non.

Celle qui attend avec le plus d’impatience, c’est Sunny. Elle ne vit plus que pour ce moment , pour être repérée comme une des meilleures surfeuses du globe, quitter enfin son job de serveuse et aller sur les plus beaux spots de la planète aux frais des sponsors. Elle a eu une histoire d’amour avec Boone, c’est fini sans être réellement fini. Ils savent qu’ils tiennent l’un à l’autre, qu’ils sont liés.

Mais c’est compliqué.

Et encore plus lorsque Petra s’avance vers Boone pour lui proposer un boulot. Petra, la belle avocate anglaise, ambitieuse et carriériste, au caractère bien trempé. Elle a tout pour déplaire à Sunny. Elle a tout pour déplaire à Boone : un travail alors que LA vague va arriver d’un jour à l’autre ?

Même pas en rêve !!

Tammy, une strip-teaseuse témoin dans une affaire d’arnaques aux assurances, a disparu. Il faut la retrouver pour qu’elle aille témoigner. Si possible avant que son ancien patron ne la retrouve, sinon …

Boone accepte, se disant que ce sera peut-être une affaire vite bâclée. Mais il se trompe, oh la la comme il se trompe ! Et comme il n’aime pas le travail bâclé, il n’est pas au bout de ses surprises.

Là aussi, une déferlante est en préparation,  de celles contre lesquelles il faut aller puiser en soi les ultimes ressources pour pouvoir l’affronter.

La patrouille de l’aube va devoir surfer sur des eaux bien troubles et bien agitées, sur un  genre de tsunami qui balaie tout sur son passage.

 

Plouf !! Alors… vous voyez bien que vous savez nager, petit effronté :

Il y aurait tant et tant à dire sur ce roman….

D’abord le style : incisif, cash, dépouillé jusqu’à l’os, sans concession. Et en même temps tellement fluide que cela en devient déconcertant… et rageant. Autant de talent, c’est vraiment rageant !!

C’est direct, c’est comme une vague prise de plein fouet.

Tonique et vivifiant, voilà ! C’est tonique et vivifiant.

Non, je n’en ai pas fini avec le vocabulaire à l’eau salée, c’est certain.

Il y a de l’humour. Et pas qu’un peu. De cet humour un peu désabusé mais bien présent et bien mordant. Deux mots, une phrase, un personnage sort de l’ombre et vous le voyez, là, devant vous. Une caricature si réussie qu’elle en devient une photographie.

Un cliché souvenir de l’Amérique des années 60, d’une certaine nostalgie et douceur de vivre, d’une jeunesse avec des rêves plein la tête avant d’être cueillie ou fauchée par des évènements terribles. Sautant gaiement dans les vaguelettes et hop ! boit le bouillon. Et puis se relève en crachant du sable, en soufflant des bulles de morve et d’écume par le nez. Car il faut se relever, pas le choix.

Faut rester cool, man…

Si vous n’aimez pas le surf, ce n’est pas grave, vous allez l’aimer. Oh si !! Vous allez le comprendre, vous allez sortir du cliché « Point Break » pour entrer dans une autre dimension. Celle du Surf.

Avec un grand « S ». Un « S » comme « dépaSSement de Soi », « extaSe », « coucher de Soleil » et « libertéS ».

Pas la peine d’en dire plus, vous verrez.

Vous verrez aussi toutes les similitudes entre le surf et vie tout court,  la vie des personnages, la vôtre aussi.

Le besoin de repères, la nécessité de certaines valeurs qui même si elles ne sont pas parfaites, sont une sorte de code d’honneur et surtout : elles sont vôtres. Vous vous y tenez, et c’est grâce à elles que vous survivez.

Le rythme de ce livre… ah, le rythme. Telle une mer changeante, l’action est campée au début de façon lente et insistante. Puis tout s’emballe, la vague se prépare, et vous allez être submergé. Ah ça oui….

Accrochez-vous, c’est la seule chose que je peux dire.

Pas un mot de plus sur les personnages, rien du tout sur le contenu de l’intrigue.

Je vous invite à une plongée mémorable, pas la peine d’en dévoiler à l’avance la beauté, la force, ou l’intensité. Les frissons ou les drames. Le sordide comme le meilleur.

Pour le reste, attachez votre board ou votre big gun à votre cheville, préparez-vous à une lecture comme vous en ferez peu.

Une lecture qui vous fera boire la tasse, qui va vous chahuter, vous faire franchir de sacrés tunnels pour vous ramener en pleine lumière avec quelques gouttes d’eau salée à jamais collées à la peau.

Don Winslow est un grand !!

Commenter cet article