L'ébauche d'une réponse

Publié le par Bibliofractale

ebauche reponse audebertUne fois n’est pas coutume et aujourd’hui, mes p’tits loups, il sera question de nouvelles.
Pas celles qui sont distribuées par des journalistes ne faisant plus que des « copié/collé » au lieu d’un véritable travail d’investigation.

Non. Pas ce genre de nouvelles, mauvaises le plus souvent.
Je vais vous parler de bonnes nouvelles.

De celles qui sont au roman ce que la photographie est au cinéma : un condensé de sensations, un raccourci vers la réflexion, un instantané qui raconte une histoire.

 

 

 

 

L’ébauche d’une réponse

Cyrille AUDEBERT

Éditions Sindbadboy

199 pages ; 15 euros

 

Pas facile de parler d’un recueil de nouvelles. Je ne vais pas vous faire un résumé de chaque histoire, ce serait idiot. Alors nous allons prendre un peu de recul, et tenter une vision d’ensemble.

Il y a 19 nouvelles. Certaines ne font guère plus d’une page. D’autres sont tout de même un peu plus longues. Avec des titres tels que « Un troll de jour pour mourir », « L’odeur de la campagne », « Un amour si pur », ou « Arghlll ».

Ou « L’ébauche d’une réponse », qui a donné son nom au recueil.

Des histoires courtes, donc. Avec une véritable chute. De celles qui mettent un point final au récit, mais pas à notre imagination.

Car Cyrille Audebert a un truc, un vrai, un… zut, je l’ai sur le bout de la langue… Ah oui ! Talent !

Un véritable talent pour poser un regard décalé sur le monde. Là où vous ne voyez rien, il ouvre des portes vers un univers que l’on aurait tendance à qualifier de fiction.

Fiction ? Pas du tout ! Tout est possible, et il vous le prouve. C’est vous qui ne savez pas observer comme il le faudrait.

Ses personnages sont comme vous et moi. Tous.

À ceci près qu’à un moment de leur vie, leur univers a dérapé, leur monde a vacillé, leurs certitudes n’en sont plus. Et à partir de là, plus vraiment le choix : pour s'en sortir, il leur faut improviser en sortant des sentiers battus.

Et ne soyez pas bêtement rassurés d’être assis bien confortablement dans votre fauteuil : cela pourrait très bien vous arriver.

Cyrille Audebert aime ses personnages. Il les couche sur le papier avec une véritable tendresse, parfois mordante, jamais méchante. Ses héros sont touchants, perdus dans un monde qu’ils ne comprennent plus . Ils sont désarçonnés par les évènements, et doivent faire face.

Avec une candeur et une foi irrésistible.

Avec la touche de l’auteur : l’humour toujours en filigrane, le point de fuite vers un ailleurs emplis de légendes, de mythes, et d’émotions.

Alors, si vous avez des a priori sur les nouvelles, oubliez-les !

19 petites histoires, pour ne plus jamais regarder le monde comme avant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cyrille 15/08/2011 15:23


Merci Dame Christine.
Très touché.


Bibliofractale 16/08/2011 12:59



Ce fut un plaisir !


A bientôt pour d'autres articles :-)



FLB 13/08/2011 00:06


Ce n'est pas la première fois que je le remarque : vos critiques ne sont pas seulement des mots qui parlent des livres : elles les évoquent dans l'indicible de tout ce qui, entre vos lignes, épouse
l'oeuvre, l'englobe, et nous la donne à entendre, à sentir, un peu comme une musique, ou un parfum, viennent s'entretenir d'évidence avec l'âme et le coeur.


Bibliofractale 14/08/2011 21:19



Hum... C'est joli !  Je ne suis pas certaine d'avoir tout compris, mais cela a l'air d'être positif :-)


Amitiés