Entretien avec Cyrille Audebert

Publié le par Bibliofractale

ebauche reponse audebertAprès l'article sur le recueil de nouvelles L'ébauche d'une réponse , voici quelques questions pour en savoir un peu plus sur l'auteur, Cyrille Audebert.

Merci à lui !

 

Pour ce qu'il écrit, pour sa gentillesse et sa générosité, au moins aussi immenses que son talent, son humour... et sa modestie.

 

Sans oublier sa muse, car les muses au grand coeur rendent le monde meilleur...

 

 

 

 

 

Q : Tout d’abord, la question pour que les lecteurs vous connaissent mieux : Qui est Cyrille Audebert ?

 

Cyrille Audebert : Pour résumer ? Un parfait exemple de stabilité.

Tour à tour fort des Halles, vendeur ambulant, publicitaire, plombier, chauffeur de maître, artisan d’art, maçon, joueur professionnel, déménageur, commercial dans une entreprise de lingerie et désormais homme à tout faire dans une ménagerie, j’ai découvert que ma véritable vocation était auteur à succès. Visiblement, il y a encore quelques millions de personnes à ignorer ce détail, mais Dan Brown n’a qu’à bien se tenir.

 

Q : Quelles sont vos sources d’inspiration pour l’écriture ?

 

Cyrille Audebert : Une personne croisée, une phrase ou même un simple mot qui m’amuse sont à l’origine de mes livres. Il suffit que j’aime vraiment une situation ou un personnage, pour que hop ! le truc prenne vie. L’évangile selon Jacques Lucas est né d’une nouvelle qui allait devenir le premier chapitre du livre, Un temps de chien est né de l’expression anglaise : « It’s raining cats and dogs » et Cinquième étage de la première scène (une énôôôrme partie de jambes en l’air) du livre, écrite pour le fun. Autant dire qu’il n’y a jamais rien de prémédité. Si j’aime les personnages, j’ai envie de les faire vivre. Et se retrouver dans la peau d’une Marie, fantôme de valise, du magnifique Lieutenant Margot Baudor, du déroutant Hercule Zelnik ou du divin Finn Mac Cool, c’est plutôt motivant.

 

 

Q : Nous vous connaissons surtout pour vos romans. Pourquoi un recueil de nouvelles ? Comment en est venue l’idée ?

 

Cyrille Audebert : Ce recueil était une évidence. J’ai toujours écrit des nouvelles, c’est un jeu, un plaisir. Comme toujours, je pars d’un mot, d’une phrase, et vogue la galère : je ne sais pas où je vais, mais je fonce. D’autres fois, au contraire, j’ai l’idée d’une chute et je cherche à l’intégrer à une histoire. Mais, toujours, il faut que l’histoire soit étrange, originale, drôle, sinon le plaisir disparaît et je coince. Mais quand je reçois un retour de lecture disant : « Des fantômes, des morts-vivants et des assassins venus de tous horizons, surtout quand ils se promènent au milieu de Petits Chaperons rouges, de Trolls, de Martiens, de Fées, ou côtoient Audrey Hepburn, Dieu et ce cher Jacques Lucas, héros de l'Évangile du même nom, c'est vraiment trop bon », je sais qu’il fallait sortir L’ébauche d’une réponse. ☺ 

 

Q : Des dix-neuf nouvelles du recueil, c’est « L’ébauche d’une réponse » qui en a donné le titre. Est-ce pour une raison particulière ?

 

Cyrille Audebert : Non. Sans que je puisse l’expliquer (mais je n’ai tenté aucune introspection à ce sujet, il faut bien le dire), ce titre s’est très rapidement imposé à moi, puis à mon équipe de fous québécois (mes correcteurs, conseillers, etc.). J’aimais ce titre. Je leur en ai proposé quelques-uns, dont celui-là, et le choix a été quasi unanime.

 

Q : Est-ce qu’il y a eu un fil conducteur pour le choix de ces nouvelles ?

 

Cyrille Audebert : Y a-t-il seulement un fil conducteur dans mon univers… ☺

Aucun de mes romans ne se ressemble : je passe du polar au thriller, du fantastique au gore, et c’est la même chose avec mes nouvelles (au moins, on ne peut pas me reprocher de chercher à épuiser un filon), mais on retrouve un même style et, j’espère, des histoires inattendues.

 

Q : Avez-vous une préférence pour une des nouvelles ?

 

Cyrille Audebert : La dernière écrite, peut-être : L’odeur de la campagne. Comme me l’a écrit une lectrice, cette nouvelle est « horriblement drôle ». J’adore cette définition. Et depuis qu’un professeur a fait étudier cette même nouvelle à ses élèves, je me prends pour Voltaire (mon épouse apprécie modérément ma perruque poudrée, mais j’ai bon espoir qu’elle s’y fasse). Holly est aussi une de mes préférées. Mais je les aime toutes, sinon elles ne seraient pas là. ☺

 

Q : J’ai envie de dire, pour ceux qui n’auraient encore lu aucun de vos ouvrages (Honte à eux !) qu’on y trouve un univers très particulier : le polar flirte avec le fantastique, cela pourrait être noir sans jamais l’être vraiment, il y a de l’amour et de l’humour… Êtes-vous d’accord ? Avez-vous envie de nous en dire davantage ?

 

Cyrille Audebert : L’explication est simple. Je suis dingue des comédies américaines des années 40-50 (Frank Capra, Billy Wilder, Howard Hawks…) et fan de films d’horreurs. J’adore aussi les BD de Gotlib ou Edika, et je lis évidemment pas mal de polars et thrillers. Mon écriture est donc le reflet de mes goûts plutôt éclectiques. Mais surtout, je suis incapable d’écrire si je ne m’amuse pas. J’aime me surprendre et donc surprendre mes lecteurs. À quoi bon écrire si ce n’est pas pour créer des situations ou des univers étonnants ?

 

Q : Vous avez récemment organisé une « rencontre auteurs-lecteurs » dans votre propre jardin. L’initiative est suffisamment rare, et sympathique ! pour être soulignée. Je peux même, puisque j’y étais présente, dire que c’était une belle réussite. D’ailleurs, vous allez bientôt récidiver. Alors… dites-nous en plus ! Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de tenter cette expérience ?

 

Cyrille Audebert : C’était l’occasion de rencontrer « véritablement » les lecteurs. Tous ceux qui viennent ont déjà lu tous mes bouquins, ça n’a donc rien à voir avec un salon qui est avant tout un événement commercial. Là, c’est juste du plaisir. Mais de voir des dizaines de lecteurs faire jusqu’à 2000 kilomètres dans un week-end pour venir passer une journée avec moi… J’avoue que c’est très troublant. À l’arrivée, la rencontre entre nous tous était simplement magique.

Pour cette deuxième édition, les auteurs Hugo Buan, Frédéric Lenormand et Jean-Michel Leboulanger seront présents. De belles rencontres en perspective.

 

Q : Pour terminer : Quelle est la question qui manque, et à laquelle vous voulez nous donner l’ébauche d’une réponse ?

 

Cyrille Audebert : Tant qu’on ne me demande pas quand sortira mon prochain roman (je n’en ai encore aucune idée ☺), tout va bien.

Sinon, je remercie mon père et ma mère, sans qui je ne serais pas là, ma femme et mes filles pour leur patience, mon producteur, la fée Marie, le chef éclairagiste, la société Nutella, Frédéric Dard, le perruquier, The Radio Dept pour la bande-son, la fée Anne, les vins de Bordeaux, René Fallet, ainsi que Fripouille et Nénette pour leur précieuse aide. Je leur dédie cet incontournable article.

 

 

cyrille audebert11Les livres de Cyrille Audebert :


Fantôme d'amour

Cinquième étage

L' Evangile selon Jacques Lucas

Un temps de chien

L'ébauche d'une réponse

 

En vente un peu partout, ou mieux, ici :

 

http://editions-sindbadboy.wifeo.com/

 

 

 

 

P.S. :  tous les livres ne sont pas encore "chroniqués" sur le blog, mais patience ! j'y travaille et cela ne saurait tarder...

Commenter cet article

Valérie Loncle 16/08/2011 11:14


Un très bel article pour un grand Monsieur !


Bibliofractale 16/08/2011 12:56



Parce qu'il le vaut bien ;-)
Merci pour la visite !